Demande palestinienne aux Nations Unies pour mettre fin à une occupation israélienne

Untitled
Un mur sépare le village palestinien de Hizma (i) et le quartier juif de Pisgat Ze'ev (d), à Jérusalem (Israël). | Photo : EFE

L’observateur Permanent de la Palestine à l’ONU, Riyad Mansour, a exigé que le Conseil de sécurité fin à l’occupation israélienne comme un moyen d’ouvrir la voie à la stabilité au Moyen-Orient.  
« Au cœur de l’instabilité dans notre région est la question palestinienne, une grave injustice sans remède, qui génère souffrance et menace la paix et la sécurité », a-t-il averti dans un débat ouvert du Conseil face à la situation au Moyen-Orient.  
> Abbas est prêt à rencontrer Netanyahu à Washington, selon le diplomate et vous invite à assister à l’une des principales causes du problème, l’occupation commencée par Israël en 1967, aggravée par la colonisation par des colonies de peuplement juives en Cisjordanie, y compris Jérusalem-est.  
Mansour a déclaré lors de la réunion de l’organe de 15 membres, présidé ce mois-ci par les Etats-Unis, qu’avec son attitude, les occupants nient au peuple palestinien son droit inaliénable à la liberté, l’autodétermination et une solution équitable au problème des millions de réfugiés.  
À cet égard, il a insisté sur la responsabilité du Conseil de sécurité de trouver une solution politique au conflit et de préserver l’option de deux Etats vivant.  
Dans son discours, l’Ambassadeur palestinien a dénoncé le manque de respect d’Israël par les décisions du Conseil visant à renverser le scénario actuel, y compris la résolution 2334, adoptée en décembre dernier, ce qui demande l’arrêt de la construction de nouvelles colonies juives en Cisjordanie.  
> Nations Unies surveille de près la situation des prisonniers palestiniens en Israël diplomate fait valoir au Conseil de sécurité pour un effort mondial pour résoudre le conflit et pour assurer la paix, effacer un des principaux obstacles à la stabilité au Moyen-Orient.
Pour sa part, le représentant d’Israël, Danny Danon, a nié que son pays est responsable du chaos dans la région et a réitéré les accusations qu’il y a une campagne contre Tel-Aviv à l’ONU.