Correa invite grande mobilisation à l’appui de la démocratie

Untitled
« Nous appelons l’ensemble du pays (...) au dire de simplement, juste les mauvais perdants », appelé le premier président équatorien. | Photo : @ElCiudadano_ec

Le Président équatorien, Rafael Correa appelé partout au pays pour une grande mobilisation samedi à Quito (capitale), pour « dire assez » aux « mauvais perdants » et de faire respecter les élections du 2 avril, ils sont partis Lenín Moreno comme son remplaçant.
« Nous demandons l’ensemble du pays, non seulement aux pays Alliance (AP), pas seulement les partisans du gouvernement, avec des drapeaux de l’Équateur (…) dans la capitale Quito, pour dire assez, assez mauvais perdants », a déclaré Correa.
> Ceinture : Le droit cherche à générer un climat d’anarchie dans son lien de citoyen de programme de samedi, le chef de l’Etat a indiqué que la concentration débutera à 09 H 00 (heure locale) et sera assistée par Moreno et vice-président élu Jorge Glas.

« Le pays a ratifié la #RevoluciónCiudadana. De nous unir plus que jamais à aller de l’avant », @MashiRafael #Enlace519 pic.twitter.com/d1klyLQAvb – Équateur de communication (@ComunicacionEc) 15 avril 2017 dimanche ancien Moreno, d’AP, a remporté l’élection présidentielle avec 51,15 % des voix et gauche derrière pour le bon candidat, le mouvement de création d’opportunités (je crois), Guillermo Lasso.
« Tous ceux qui aiment l’Equateur, tous les vrais démocrates à dire le droit de coup d’État, droit arrogant, le banquier (en référence au Lasso) : ne passera pas ici des majorités de victoire », a exhorté le Président.
Dans leurs déclarations, a mis en garde sur les similitudes de l’Équateur avec le Venezuela droite, se référant à des actes de violence qui ont été dirigées par des membres de penser.

Membres de @CREOEcuador personnes âgées d’assaut : « ces attitudes ne peuvent pas être autorisées dans la nouvelle patrie » @MashiRafael #Enlace519 pic.twitter.com/txuu5coL3c – El Ciudadano (@ElCiudadano_ec) 15 avril 2017 « réalité est : nous voulons apporter à une situation comme celle au Venezuela, la stratégie est la même que le droit du Venezuela », a déclaré Correa.
Lasso défend depuis le soir de l’élection que le processus électoral a été « frauduleux », qu’il a été le plus voté au second tour et a demandé un recomptage « crédit ».
> Derniers détails Equateur pour 1,2 millions de votes comptent