Lula da Silva défend réalisations de gestion au Brésil Dilma Rousseff

lainfo.es-8295-lula1
L'ancien président a également fustigé la manipulation des médias contre Hugo Chavez et maintenant Dilma Rousseff (Photo Archive)

Le président du Brésil, Luiz Inacio «Lula» da Silva, a donné une conférence vendredi à Porto Alegre, capitale du Rio Grande do Sul, où il a souligné de son mandat en tant que président et l’actuel président Dilma Rousseff.
“Pour l’avenir comprendre, vous avez à voyager dans le passé et voir ce qui a été accompli», at-il dit, se référant à des jours avant son arrivée au pouvoir en tant que candidat pour le Parti des travailleurs (PT), lors d’une conférence organisée par le journal El País.
Pour Lula, président de deux cuatrenios (2003-2011), la nation sud-américaine a bien réagi à ce qu’il considère comme «la plus grande crise financière depuis 1929 pour générer un taux record de l’emploi.”
L’ancien président a déclaré que même si la croissance du Brésil en 2013 était de 2,3 pour cent en 2013, seuls neuf pays du G-20 (groupe rassemble vingt grandes économies mondiales) ont augmenté de plus de 2 pour cent.
Il y avait aussi de fortes critiques sur le traitement médiatique de la presse de commerce intérieur et extérieur contre le Brésil. “Qu’est-ce qu’ils font avec Dilma est juste comme ce qu’ils ont fait avec Chavez au Venezuela.”
Il a plaidé pour des programmes sociaux comme la Bolsa Familia, qui transfère l’argent public pour les familles pauvres. Il a déclaré que ces programmes ne représentent que 0,5 pour cent des dépenses du gouvernement po, et a rejeté les critiques que les bénéficiaires cessent de travailler après avoir reçu l’aide. Il a souligné que 80 pour cent de ceux qui sont inclus dans le plan a une profession.Lula a souligné la nécessité de développer le commerce international avec l’Amérique latine et a souligné l’importance d’accroître les échanges avec les pays d’Afrique, qui seraient intéressés par l’achat de voitures.
Les commentaires de l’ancien chef de l’Etat se produisent à un moment où le Brésil est sous de vives protestations exigeant des améliorations des syndicats de métro de Sao Paulo, les pilotes, les agents de police, et ceux qui demandent un plus grand investissement dans l’éducation et la santé.